Soutenez

Anne-Élisabeth Bossé au cœur du marathon «Indéfendable»

Anne-Élisabeth Bossé lors du lancement de programmation d'automne 2022 de TVA, le 29 août dernier
Anne-Élisabeth Bossé lors du lancement de programmation d'automne 2022 de TVA, le 29 août dernier Photo: Josie Desmarais / Métro

Anne-Élisabeth Bossé connaît un automne foisonnant, entre les tournages, aux Studios MELS de l’avenue Pierre-Dupuy, de la nouvelle fiction quotidienne de TVA, Indéfendable, ses passages à la radio à Véronique et les fantastiques, à Rouge, et la narration de la deuxième saison de Cinq gars pour moi, qui sera en ondes au printemps prochain.

Or, le gros morceau professionnel de son année 2022 demeure Indéfendable et son concept qui s’annonce captivant pour les téléspectateur.trice.s. Des affaires d’accusations de meurtres y seront exposées selon trois points de vue: celui de l’agresseur, celui de la victime et celui d’un témoin. Dans des textes signés Nadine Bismuth et un pool d’auteur.trice.s, des comédien.ne.s incarneront des rôles épisodiques, alors qu’Anne-Élisabeth, Sébastien Delorme et plusieurs autres visages chevronnés constitueront le noyau dur de personnages au cœur de l’histoire, des avocats chargés de traiter ces épineux dossiers.

Jasette avec une actrice stimulée par ce défi aussi exigeant qu’exaltant.

Anne-Élisabeth, que peux-tu nous dire sur ton personnage d’Indéfendable, l’avocate Marie-Anne Desjardins?

«Quand j’ai auditionné pour le rôle de Marie-Anne Desjardins, j’étais vraiment en amour avec les textes et la complexité du rôle. Je suis contente d’être dans cette équipe, de faire partie d’une quotidienne. C’est un package deal! Marie-Anne est une avocate de la défense en droit criminel, qui travaille pour le cabinet Lapointe-Macdonald. C’est une femme assez rigide, d’apparence sérieuse et travaillante, mais plus on creuse, plus on réalise qu’elle a un cœur d’or et qu’elle est vraiment généreuse. Elle veut être en amour, elle veut être là pour les autres. Elle a un énorme sens de l’humour et est très solidaire. Mon personnage est aussi celui par qui l’humour arrive le plus, dans la série. Elle n’a pas la langue dans sa poche et a son franc-parler.»

As-tu pu suivre un stage ou une formation pour t’initier au monde juridique, à ses techniques et son langage?

«J’ai suivi un avocat de la défense pendant une journée, mais on n’a pas vraiment eu le temps de faire de formation [rires]. Mais l’idéateur de la série [Me Richard Dubé, un avocat criminaliste, NDLR] est avocat et nous accompagne sur le plateau, alors on avait une référence sur place, quand on avait des procès.»

Anne-Élisabeth Bossé et Nour Belkhiria dans une scène de Indéfendable, à TVA
Courtoisie Pixcom et TVA

Trouves-tu excitant, comme actrice, d’avoir l’occasion de plonger dans différents métiers, différents univers?

«C’est vrai! On a la chance, comme comédiens, de devenir d’autres personnes. Avec Plan B, j’ai été une policière pendant presque un an, dans ma tête. En étant une avocate dans Indéfendable, je découvre que c’est le quotidien de plusieurs personnes. On se dédouble complètement. C’est une immersion dans un autre monde. C’est vraiment cool

On parle beaucoup du rythme de tournage souvent effréné d’une quotidienne. Comment composes-tu avec cette réalité, depuis quelques mois?

«C’est un marathon… (dit-elle en riant, du ton badin de celle qui a beaucoup répété la même chose depuis quelques semaines). Mais j’avais fait 30 vies il y a quelques années, alors je savais vraiment à quoi m’attendre. Je ne suis pas du tout déstabilisée. J’étais préparée mentalement. Le danger, c’est de ne pas surcharger son horaire autour. La quotidienne doit rester la priorité et on doit tout entrer là-dedans. Quand on est bien organisé, je pense que ça se fait. En ce moment, on est un peu plus qu’à la mi-parcours et la fatigue se fait sentir, mais on se soutient!»

Tu as une carrière remplie de projets stimulants, de rôles différents les uns des autres. As-tu l’impression d’avoir atteint tes objectifs professionnels, d’avoir touché à tous tes rêves?

«C’est vrai que j’ai été gâtée. J’ai fait de la télé, du cinéma, de l’humour. Mais chaque projet est un recommencement. Pas que j’ai chaque fois le sentiment de revenir en bas de l’échelle, sans expérience, mais on redevient toujours un ti-cul quand on découvre une nouvelle équipe. Je prends toujours ça du début. C’est comme un nouveau tiroir qui s’ajoute, et non une nouvelle marche que je monte. Je le vois plus à l’horizontale qu’à la verticale! Mais je sais que je suis choyée et je l’apprécie.»

Es-tu une personne rassembleuse sur un plateau de tournage?

«Je veux développer des liens avec les gens avec qui je tourne. Je suis devenue amie avec toutes les filles des Simone et avec Guylaine Tremblay dans En tout cas. Parfois, on n’a pas les personnalités pour devenir amis en dehors de la job, mais c’est important pour moi qu’on soit plus que des collègues, qu’on puisse s’en parler si ça ne va pas bien. On doit rester des humains d’abord et avant tout, sinon on n’a pas de fun

Indéfendable débutera le lundi 12 septembre, à 19h, à TVA.

Une infolettre l’fun? Abonnez-vous à celle du Week-end pour voir!

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.