Montréal
13:05 27 février 2020 | mise à jour le: 27 février 2020 à 16:15

Communauto aura un accès simplifié au centre-ville de Montréal

Communauto aura un accès simplifié au centre-ville de Montréal
Photo: Archives MétroUn véhicule en libre-service de Communauto.

Dès juin, Communauto permettra à ses usagers de laisser ses voitures devant un parcomètre dans le centre-ville, en échange d’un tarif «fixe» qui s’ajoutera à la facture de chaque trajet effectué. Cette nouvelle façon de procéder, entre autres conçue pour accommoder les utilisateurs dans la foulée du départ de Car2Go de Montréal, a été annoncée jeudi avec des représentants de la Ville.

«Ça nous permettra d’offrir un accès encore plus large au centre-ville. On est très contents de cette nouvelle mesure», explique à Métro le vice-président de Communauto, Marco Viviani.

Les frais supplémentaires chargés au client – qui n’aura plus à régler le paiement sur les bornes de stationnement – seront déterminés ultérieurement, dit le porte-parole. Ce dernier promet toutefois que les prix seront «acceptables», fixes, et surtout minimes par rapport à l’utilisation globale. C’est Communauto, avec les revenus engendrés, qui paiera la Ville pour l’utilisation de ses parcomètres.

M. Viviani se dit convaincu que «l’effet de rotation» des véhicules Communauto au centre-ville permettra d’optimiser la fluidité des flottes. Et donc de réduire les coûts associés, en plus de créer un engouement pour l’autopartage.

«On va beaucoup mieux utiliser l’espace, et ça donne une liberté au client. Tout le monde y gagne.» -Marco Viviani, vice-président de Communauto

Communauto travaillait à l’implantation de ce projet au centre-ville depuis plusieurs mois. Avant même que le départ de Car2Go ne pointe à l’horizon. Il n’est pas exclu d’étendre la mesure dans d’autres arrondissements avec le temps.

«En théorie, l’outil pourrait fonctionner sur tous les parcomètres de la ville», avance l’homme d’affaires.

Le vice-président de Communauto, Marco Viviani

Montréal «à l’avant-garde»

Appelé à réagir, le responsable de la mobilité de l’administration Plante, Éric Alan Caldwell, affirme que cette nouvelle entente place Montréal comme pionnière de l’innovation en autopartage. «On va développer un bon modèle, et les autres villes vont l’adopter par la suite. On sera toujours à l’avant-garde», a-t-il dit.

Questionné à savoir s’il craignait une surabondance des véhicules Communauto dans les zones de stationnement tarifées, l’élu s’est fait clair.

«Ça risque même d’améliorer l’accès et la rotation des places. Pendant qu’un propriétaire privé laisse sa voiture le temps dans la rue, l’auto Communauto peut en repartir à peine cinq minutes plus tard.» -Éric Alan Caldwell, responsable de la mobilité

«Au global, l’autopartage amène une réduction du nombre de voitures en ville», a renchéri M. Caldwell.

Rappelons que des inquiétudes grandissantes touchent actuellement le secteur de l’autopartage. Officialisé en décembre, le retrait du marché nord-américain de Car2Go (depuis renommé «Share Now») a eu l’effet d’une bombe pour plusieurs Montréalais habitués du service. Les dernières petites voitures blanches et bleues de l’entreprise allemande ont été retirées dans les derniers jours, un peu plus tôt que prévu.

Sans se réjouir de la nouvelle, Communauto ne cache pas son désir d’en profiter pour augmenter ses capacités. Le groupe s’attend à une augmentation de la demande au cours des prochains mois. Environ 320 véhicules de plus seront envoyés sur les routes dès cette année.

Plus de FLEX, plus de développement

L’entreprise fondée à Québec dit vouloir développer ses services FLEX de réservation instantanée dans plusieurs secteurs de la métropole, dont Saint-Jacques au bas de Côte-des-Neiges, mais aussi des «coins mal desservis» d’Outremont et de Ville Mont-Royal, qui étaient jusqu’ici pris en charge par Car2Go. Des tronçons de LaSalle et d’Ahuntsic-Cartierville seront également ajoutés à la zone d’exploitation.

Sur le Plateau-Mont-Royal et dans Rosemont-La-Petite-Patrie, plusieurs dizaines de voitures seront ajoutées en stations. Objectif: renforcer le service de réservation à long terme, qui ne dérougit pas non plus.

«Déjà l’été passé, on était très serrés dans ces secteurs-clés. La demande est très forte. On a eu beaucoup de difficulté à y répondre, parce qu’on n’avait pas assez de voitures, avoue Marco Viviani. On est en train de tester plusieurs solutions.»

En novembre, Québec annonçait le rachat de 24% des parts de Communauto pour soutenir sa croissance. Depuis 1994, environ 437 000 tonnes de GES ont été réduites grâce à Communauto à travers la province.

Articles similaires