Arts et spectacles

Juste pour rire:  la relève brille au gala de Pierre-Yves Roy-Desmarais

Pierre-Yves Roy-Desmarais à l'animation de son gala Juste pour rire du 20 juillet 2022
Pierre-Yves Roy-Desmarais à l'animation de son gala Juste pour rire du 20 juillet 2022 Photo: Josie Desmarais/Métro

Le festival Juste pour rire est de retour en force, ses traditionnels galas aussi, et c’est Pierre-Yves Roy-Desmarais qui partait le bal, mercredi, avec une soirée (bon, il faut le dire vite étant donné que la première représentation était à 18 h, avant celle, plus tardive, de 21 h) dédiée presque entièrement aux humoristes de la relève. Et aucun.e n’a déçu; le talent irradiait sur la scène du Théâtre Maisonneuve.

L’animateur – qui s’est fait plutôt discret après son entrée en piste, laissant toute la lumière à ses ami.e.s artistes – a d’abord joué d’originalité en amorçant son enchaînement avec un numéro hip-hop, costumé en rappeur, en saccadant un air où il racontait comiquement son parcours de vie et où il déclinait l’alphabet du show-business (les fameux «A», «B, «C»).

Jay du Temple et Élyse Marquis se sont joints à Pierre-Yves Roy-Desmarais pour un numéro rap bien spécial
Crédit : Josie Desmarais/Métro

 «Maintenant, je suis au sommet de la gloire , j’ai fait deux chroniques à Bonsoir Bonsoir», a scandé un Pierre-Yves Roy-Desmarais que d’autres auraient qualifié d’Eminem des pauvres. Deux danseurs vêtus de noir (le duo Team White, couronné à Révolution) l’accompagnaient, bientôt rejoints par deux invité.e.s surprises, Élyse Marquis et Jay du Temple, qui ont eux aussi rappé leur texte.

«La queen des Chefs!, la reine des téléviseurs», s’est autoproclamée la première.

«Partout où je passe, je sème la bisbille, ta blonde pense à moi quand elle se roule la…», a renchéri le deuxième.

Pierre-Yves Roy-Desmarais, le Eminem des pauvres à Juste pour rire
Crédit : Josie Desmarais/Métro

Matthieu Pepper, un «B» dans la hiérarchie des vedettes québécoises selon la chanson de d’ouverture, a lui aussi fait une apparition. Un peu plus tard, Chantal Machabée allait également faire un saut pour réaliser une présentation avec Pierre-Yves Roy-Desmarais.

Hockey et alopécie

Charles Pellerin a sans doute été une belle découverte pour plusieurs, lui qui est atteint d’alopécie et a su tourner sa condition en douce autodérision. «Aussi connue comme la maladie qui a gâché les Oscars», a-t-il précisé, en référence à l’épouse de Will Smith et la claque administrée par ce dernier à Chris Rock lors de la dernière cérémonie.

La jeune étoile montante a été percutante en relatant avec doigté comment il a perdu tous les poils de son corps pendant la pandémie («J’ai encore mes deux grand-mères, je présume que c’était le sacrifice à faire!»), après sa première dose de vaccin anti-COVID. Il a brièvement craint devoir donner raison aux complotistes de ce monde. «J’imaginais Anne Casabonne se promener avec ma photo en criant : réveillez-vous!». Il a aussi blagué sur sa façon maintenant sereine de vivre avec sa situation. «Tout le monde pense que j’ai le cancer, mais j’ai juste le look…»

Le public du gala Juste pour rire animé par Pierre-Yves Roy-Desmarais, au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts, le mercredi 20 juillet 2022
Crédit : Josie Desmarais/Métro

La sensation TikTok de l’heure, Mégan Brouillard, a été pertinente et intelligente en comparant le sort des joueuses de hockey féminines à leurs homologues masculins, ou encore celui des infirmières. Sa tirade a tout du long tourné de près ou de loin autour du hockey. Elle dit admirer les épouses de hockeyeur, le «seul moyen pour une femme de faire du cash avec le hockey!»

Terrifiante Greta Thunberg

Le niveau d’excellence s’est maintenu avec le passage de David Beaucage, très inspiré en parlant des cégeps qui, nous a-t-il fait réaliser, n’existent qu’au Québec. «On est la seule société au monde qui a compris qu’aucune décision importante ne doit être prise entre 17 et 19 ans», a-t-il décrété. Ses anecdotes de discussions avec ses grands-parents étaient parfaites, tout comme sa chanson inventée et grattée à la guitare sur les phobies. L’une des principales anxiétés de David Beaucage? La jeune Greta Thunberg, dont il compare le regard à celui de Karla Homolka.

Difficile de résumer le gentil délire d’Alexandre Forest au sujet des hommes, mais celui-ci n’en était pas moins fort efficace. Il a reconnu avoir effectué le premier pas vers sa transformation en «mononcle» : il rêve déjà de posséder son garage!

Le numéro d’ouverture rap réunissant Pierre-Yves Roy-Desmarais, Jay du Temple, Élyse Marquis et Team White s’est conclu avec des feux d’artifices!
Crédit : Josie Desmarais/Métro

L’obsession de la bouffe de Marylène Gendron (un conseil : ne refusez pas si elle vous offre une chips), le sympathique Français Yacine Belhousse et sa curiosité pour les dépenses de riches (par exemple, les îles désertes) et, enfin, Adib Alkhalidey (qui est de tous les galas Juste pour rire cette année), qui a cabotiné tant sur son allure de Taliban avec sa barbe et sur son obsession des biscuits (développée au premier confinement) que sur son récent déménagement dans un village après 30 ans à Montréal (il est traumatisé que les gens s’approchent pour lui parler et a pris l’habitude de converser avec les arbres et les oiseaux), nous ont également fait passer un excellent moment.

Le spectacle s’est terminé sur une vidéo hilarante où Jay du Temple et Élyse Marquis soumettaient Pierre-Yves Roy-Desmarais à une terrifiante «initiation» au vedettariat, en l’obligeant à tuer le pauvre Paul Doucet. «Pour chaque nouvelle vedette, faut qu’il  y en ait une qui meure…», l’a-t-on intimé. Rassurez-vous, le comédien des Trois petits cochons est bel et bien toujours en vie à l’heure qu’il est.

Le 40e festival Juste pour rire se poursuit jusqu’au 31 juillet.

Besoin d’idées d’activités? Inscrivez-vous à notre infolettre Week-end!


Articles récents du même sujet