National

Des écologistes albertains refusent de se laisser intimider

Des écologistes albertains refusent de se laisser intimider
Alberta Premier Jason Kenney and Minister of Energy for Alberta Sonya Savage, right, prepare to appear at the Standing Senate Committee on Energy, the Environment and Natural Resources about Bill C-69 at the Senate of Canada Building on Parliament Hill in Ottawa on May 2, 2019. Environmental groups targeted by Alberta Premier Jason Kenney are shrugging off the new government's promised $30-million "war room" to fight criticisms of the province's energy industry. THE CANADIAN PRESS/Justin Tang

EDMONTON — Les groupes environnementaux pris pour cibles par le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, ne se laissent pas intimider par la «cellule de crise» dans laquelle il promet d’injecter 30 millions $ pour défendre le secteur énergétique de la province.

«Partir à la chasse aux écologistes peut être payant sur le plan politique, mais ça n’a rien à voir avec la discussion que devraient ouvrir l’Alberta et le Canada», soutient Simon Dyer du Pembina Institute, un groupe de réflexion sur les énergies propres établi à Calgary.

Jason Kenney a cité le Pembina Institue ainsi que Greenpeace comme des exemples d’organisations qui déforment la vérité quant à l’impact des sables bitumineux. Il a annoncé que des fonctionnaires seront chargés de réagir rapidement à ce qu’il désigne comme des mythes et des mensonges sur cette industrie.

Le premier ministre albertain s’est également engagé à financer des poursuites judiciaires contre les écologistes fautifs et à lancer une enquête publique sur leurs sources de financement aux États-Unis.

«Nous aurons quelque chose à discuter la semaine prochaine», a signalé mardi la ministre albertaine de l’Énergie, Sonya Savage.

Les groupes environnementaux ont déjà discuté de manière informelle de ce que le nouveau gouvernement conservateur de la province pourrait avoir en tête et de la manière dont ils devraient réagir.

Simon Dyer du Pembina Institute et Keith Stewart de Greenpeace affirment que leur financement provient dans une proportion d’environ 85 pour cent du Canada. Le Pembina Institute a été fondé à Drayton Valley, en Alberta, et son siège social se trouve dans la capitale albertaine.

Tous deux estiment que cette histoire de «cellule de crise» s’adresse surtout aux partisans du Parti conservateur uni.

«Une grande partie de la rhétorique entourant notre travail et notre apport à l’Alberta repose sur de la désinformation totale», se désole M. Dyer, qui souligne que Pembina a pourtant travaillé avec pratiquement toutes les grandes sociétés énergétiques de la province.

«Nous avons été contactés, confirme un avocat d’Ecojustice, un cabinet spécialisé en droit de l’environnement. Ce que nous essayons très fort de ne pas faire, c’est de donner au gouvernement Kenney ce qu’il veut en se laissant distraire.»

Keith Stewart dresse un parallèle entre ces menaces et la campagne menée en 2012 contre les groupes environnementaux par les conservateurs fédéraux de Stephen Harper et alimentée par The Rebel Media.

«Stephen Harper était notre meilleur recruteur», raille M. Stewart.

«Des gens nous contactaient en demandant: « Comment puis-je faire pour m’allonger devant un bulldozer? » Nous ne recevons habituellement pas beaucoup de ce genre d’appels, mais nous en recevions alors beaucoup.»

Les deux organisations se disent confiantes dans l’exactitude des faits qu’elles rapportent. M. Dyer relève que des recherches conduites par Pembina ont été utilisées par des investisseurs, des universitaires et même des gouvernements.

Selon M. Stewart, il n’est pas question des faits eux-mêmes, mais bien de la manière qu’ils sont compris.

«Souvent, il s’agit d’un désaccord sur quel fait est important. L’industrie dira: « Nous réduisons les émissions par baril. » Et nous dirons: « Les émissions augmentent. » Les deux affirmations sont vraies et ça dépend de ce que vous jugez le plus important.»

Cara Zwibel de l’Association canadienne des libertés civiles estime que le gouvernement albertain devra agir avec caution pour ne pas user de menaces.

«Si nous parlons d’engager des poursuites contre des individus ou des organisations sur la base de leur prise de parole quant à des questions d’importance publique, cela soulève de graves problèmes, expose-t-elle. Nous avons alors un impact beaucoup plus évident et une violation potentielle de la liberté d’expression.»

La province pourrait s’exposer à des poursuites si ses déclarations portent préjudice à une personne ou à un groupe, en les plaçant par exemple au coeur d’une tempête sur les réseaux sociaux, illustre un avocat d’Edmonton.

«Il existe certainement une sorte de responsabilité morale dans la compréhension de ce genre de rhétorique très chargée, précise Sean Ward, qui pratique le droit des médias. Vous devez comprendre les conséquences qui vont probablement suivre.»

Les écologistes comptent poursuivre leur travail sans se laisser distraire.

«La grande majorité des personnes actives dans ce milieu ne veulent pas retourner à un environnement hautement conflictuel et polarisant, fait valoir Dyer. Nous ne souhaitons pas polariser ce débat.»

Bob Weber, La Presse canadienne