Culture
07:41 5 octobre 2020 | mise à jour le: 5 octobre 2020 à 08:13 temps de lecture: 3 minutes

Yvan Godbout raconte ses années de cauchemar à Tout le monde en parle

Yvan Godbout raconte ses années de cauchemar à Tout le monde en parle
Photo: Capture d'écran - Radio-CanadaYvan Godbout

L’auteur Yvan Godbout et son éditeur François Doucet étaient sur le plateau de l’émission Tout le monde en parle ce dimanche. Acquittés le 24 septembre des accusations de pornographie juvénile portés contre eux, ils sont revenus sur les années de cauchemar qu’ils ont vécus depuis leur arrestation.

Le romancier québécois est notamment revenu sur son long parcours lors de son entrevue avec le présentateur Guy A. Lepage. Suite à la publication de son ouvrage Hansel et Gretel en 2017, l’auteur avait alors été arrêté par la police à son domicile en mars 2019.

Une arrestation qui faisait suite à des plaintes émises en janvier 2018 par une lectrice qui l’avait accusé de production de pornographie juvénile. En cause, des passages du roman Hansel et Gretel où sont décrits des sévices sexuels sur des enfants. Le livre contenait pourtant un avertissement pour les lecteurs, mais cela n’a semble-t-il pas suffi pour ne pas être inquiété.

L'auteur Yvan Godbout sur le plateau de Tout le monde en parle
Yvan Godbout

L’auteur a expliqué lors de l’émission qu’il souhaitait alors dénoncer les abus contre les enfants à travers son roman d’horreur. «Beaucoup d’enfants subissent l’horreur et on n’en parle pas», précise-t-il.

De son côté, son éditeur François Doucet avoue lui aussi avoir été touché par cette affaire. Pour celui-ci, il est aberrant que des gens puissent associer un auteur à ses personnages.

Les accusations ont encore aujourd’hui des conséquences pour sa maison d’édition AdA, souligne-t-il, expliquant qu’il ne peut plus produire autant de livres qu’avant. «Aujourd’hui, c’est fini» lance-t-il.

D’après François Doucet, c’est près de 200 livres par an qui ne pourront pas être produits à cause de la saga judiciaire.

Une joie mitigée

Les deux hommes sont ensuite principalement revenus sur l’acquittement prononcé par le juge Marc-André Blanchard fin septembre. Une décision qui provoque une joie mitigée pour l’écrivain et son éditeur. «C’est un cauchemar tout le long», raconte Yvan Godbout.

Il évoque d’ailleurs, non sans émotion, avoir pensé à mettre fin à ses jours suite à cette affaire qui le ronge depuis quelques années. «Je me suis dit que si je n’étais plus là, ma famille n’aurait plus à le supporter», dit-il en parlant du poids que cette affaire ait pu avoir sur ses proches.

Yvan Godbout s’est aussi posé la question à savoir si son arrestation n’était pas en rapport avec son orientation sexuelle. Même si le romancier espère que non, plusieurs interrogations sur sa vie intime avec son compagnon ont été posées lors de son arrestation.

Pour le moment, la priorité pour Yvan Godbout comme pour François Doucet c’est de «guérir». Le romancier parle de son acquittement comme d’un soulagement, mais souligne tout de même «qu’il y a trop de blessures et que ça ne va pas partir».

Yvan Godbout avoue s’être remis à l’écriture depuis maintenant un mois, mais précise néanmoins ne pas savoir si cela aboutira sur un roman pour autant. Quant à l’ouvrage Hansel et Gretel, les deux hommes ne savent pas s’il reviendra dans les rayons des bibliothèques et des librairies. Ils préfèrent attendre tous deux, car ils ne souhaitent pas revivre cette situation une nouvelle fois.

Articles similaires