Culture
18:11 11 juin 2015 | mise à jour le: 11 juin 2015 à 18:11 Temps de lecture: 5 minutes

Jurassic World: l’homme qui parlait aux dinosaures

Jurassic World: l’homme qui parlait aux dinosaures
Photo: collaboration spéciale

Chris Pratt, qui joue Owen Grady, l’entraîneur des Velociraptors, dans Jurassic World, parle à Métro de son personnage… et de son gamin intérieur.

Vous avez aimé jouer ce personnage?
J’ai eu beaucoup de plaisir! J’ai souvent joué de grands enfants, qui ont besoin d’être guidés. Star-Lord [le superhéros qu’il joue dans Guardians of the Galaxy] est un enfant qui a été enlevé de la Terre quand il avait encore 10 ans et se comporte comme s’il avait cet âge, mais dans l’espace. Mais Owen n’est pas un gamin. Il l’a sûrement déjà été, mais plus maintenant. Il a voyagé, vécu, expérimenté. Il était un agent des forces spéciales et il a vu la guerre.

On ne voit pas tant ce côté d’Owen dans Jurassic World. On voit plutôt un héros qui aborde les animaux de façon très humaine.
Oui, et j’espère qu’on verra plus de facettes de lui à l’avenir. Pour moi, c’était une occasion de jouer un rôle plus sérieux, différent des personnages plus comiques et relax que j’ai interprétés jusqu’à présent.

Comment votre fils de trois ans réagit-il quand il voit son papa jouer des gens très différents à la télé ou au cinéma?
On ne le laisse pas tellement regarder ce que sa mère [la comédienne Anna Faris] et moi faisons. Il m’a vu dans quelques épisodes de Parks and Recreation et m’a entendu dans The Lego Movie – il sait que c’est ma voix –, mais je ne crois pas qu’il trouve ça étrange, puisqu’aussi bien sa mère que moi sommes dans des films et dans des séries télé. Il pense peut-être que les parents de tout le monde passent à la télévision!

Un des aspects les plus chouettes de Jurassic World, c’est la relation d’Owen avec les Velociraptors.
C’est vrai. C’est quelque chose de nouveau, que les films précédents avaient négligé. Nous voulions explorer la relation entre l’homme et la bête, mais pas seulement en termes de peur et d’aliénation. Nous voulions aussi évoquer un rapport de respect et d’affection. J’ai toujours dit que la chose la plus importante à propos des films dans lesquels je tourne, c’est le développement des relations entre les personnages. C’est ça qui fait que les films fonctionnent. Et je crois que ça s’observe aussi dans les autres relations dont on est témoins dans le film: entre Owen et Claire, Owen et les neveux de Claire…

Au fait, il y a quelques jours, vous avez avoué que le scénario de Guardians of the Galaxy 2 vous avait fait pleurer…
Oui. C’est vrai. C’est quelque chose… Vous verrez…

Je vous ai rendu nerveux avec cette question…
Non, ce n’est pas ça, mais… James Gunn est un génie, et ça n’a pas été facile de faire ce film. En plus, il y a beaucoup de fans qui adorent la franchise et qui veulent pousser un peu trop loin les spéculations pour savoir ce dont le nouveau volet devrait avoir l’air. C’est comme quand on cherche le cadeau de Noël parfait pour un enfant. On finit toujours par le retrouver en train de fouiner autour de l’arbre, et on doit lui dire d’attendre le lendemain matin. Et on le fait parce que ç’a été tellement difficile de trouver quelque chose, mais qu’on y est arrivé et qu’on sait qu’il sera content.

Maintenant que vous jouez dans les ligues majeures, est-ce difficile d’être loin de la maison quand vous tournez ou que vous faites la promotion d’un film, comme c’est le cas en ce moment?
Oui, ça l’est, mais grâce à la technologie, on peut faire bien des choses, comme voir son enfant s’endormir, voir sa famille à travers un écran. C’est l’inconvénient de cette profession, mais le métier d’acteur en a tellement peu comparé à d’autres…

Une dernière question, que je n’ai pas le choix de poser: ça vous intéresserait de jouer Indiana Jones?
[Rires] Pourquoi? Vous travaillez à Disney? Vous me faites une offre? Si c’est le cas, il faudrait vraiment qu’on en parle.

***
Un pas à la fois

Chris Pratt a joué plusieurs types de rôles au fil de sa carrière, mais imaginait-il se rendre là où il est aujourd’hui?

«Pas vraiment, non. Chaque étape a son charme et ses moments spectaculaires, répond-il. Depuis la première publicité jusqu’aux invitations à apparaître dans des émissions de télé, puis au fait d’avoir son propre agent… Tout a semblé irréel et a été excitant, alors je n’ai jamais voulu plus que ce que j’avais au moment où je l’avais. Aujourd’hui, je vois les étapes précédentes avec plus de perspective et je peux les comparer à ce que je fais maintenant, mais au moment où ça se produisait, c’était ce que j’avais fait de plus passionnant et de plus important. Chaque rôle que j’ai eu, je l’ai vu comme une façon de grandir et d’atteindre le prochain niveau, et je pense qu’en prenant les choses une à la fois, on finit par en accomplir davantage.»

Jurassic World
En salle dès vendredi

Articles similaires